Objectif Lune : 40e anniversaire de sa conquête

Neil Armstrong : « That's one small step for a man, one giant leap for mankind. » « C'est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l'humanité. ». 20 juillet 1969

badge de mission apollo 11
La badge de mission de Apollo 11.

C'est un 20 juillet, à 20 H 17 et 40 secs il y a 40 ans, qu'avait lieu l'alunissage de la mission Apollo 11. Une conquête qui a duré presque 10 ans. La section anecdotes de la page Wikipedia sur Apollo 11 est très intéressante et révèle certains dangers de cette mission. Pour les curieux, La Presse a mis en ligne un journal virtuel "La route de la lune" en regard avec cette mission.

Buzz Aldrin Apollo 11
Buzz Aldrin pose pour la photo historique.

STS-127 : mieux vaut tard que jamais

Endeavour a enfin décollé. Non pas sans retards ou problèmes et espérons que cet objet frappant la coque ventrale n'a rien endommagé lors du décollage. Bonne mission à tous les astronautes et plus particulièrement à Julie Payette. Notez la feuille d'érable sur le "patch" de mission.

patch sts-127 julie payette

Phoenix Mars Lander : atterrissage réussi

Mars Phoenix Lander
La sonde Mars Phoenix Lander. Cliquez pour agrandir.

Phoenix Mars landing sequence
Séquence d'atterrissage de la sonde Mars Phoenix Lander. Cliquez pour agrandir.

Toutes ces prouesses technologiques me rappellent l'époque où j'ai travaillé pour une petite entreprise dénommée Dataradio. Cette entreprise avait contribué au système de télémétrie embarquée sur le module mobile de la mission Mars Pathfinder. Dataradio en était fier et avec raison. Le lien radio reliant la station d'atterrissage et le module Pathfinfer lui-même avait été développé par l'équipe d'ingénieur de Dataradio à Montréal. Ce lien radio était essentiel afin d'acheminer les données de contrôle à distance au module Pathfinder en provenance de la terre.

Le site officiel de la mission Mars Phoenix Lander de l'université de l'Arizona.
phoenix.lpl.arizona.edu/

Les premières images avec commentaires en français.
www.lefigaro.fr/sciences/2008/05/26/01008-20080526DIAWWW00568-phoenix-envoie-ses-premieres-images-de-mars.php

La participation du Canada dans cette mission.
www.space.gc.ca/asc/eng/exploration/phoenix.asp

Le site FTP de l'Agence spatiale canadienne pour visionner les documents, images et vidéos de cette mission.

Un "timeline" intéressant sur l'exploration de Mars de 1960 à nos jours.
phoenix.lpl.arizona.edu/timeline.php

Phoenix Mars Lander est une mission martienne d'exobiologie qui a été lancée le 4 août 2007 par une fusée Delta II depuis Cap Canaveral, pour un atterrissage prévu le 25 mai 2008. Phoenix doit fonctionner au moins une année martienne (environ 2 années terrestres). Elle concentrera ses efforts au-dessus des sites où Mars Odyssey a détecté de vastes concentrations de glace. Elle creusera le sol à la recherche d'éléments volatiles (matières organiques) récemment générés et sera capable de détecter des formes de 10 nanomètres. Ses instruments scientifiques lui permettront également d'analyser la roche et l'atmosphère martiennes. Phoenix doit se poser sur le sol glacé dans la zone arctique de la planète rouge, pour chercher des traces d'eau et de possibles signes de vie éteinte ou actuelle. Le site d'atterrissage sera soigneusement choisi au risque de rater la mission. A la différence des deux rovers MER, Phoenix est un lander, c'est-à-dire qu'il sera stationnaire et ne sera pas capable de se déplacer. Toutefois, la NASA l'a pourvu d'un long bras robotisé capable de creuser dans le sol glacé pour prélever et placer des échantillons du sol vers les instruments d'analyse qui seront installés sur la plate-forme. Phoenix est la première mission Scout. Cette nouvelle classe de missions martiennes est une réponse au fameux concept 'faster, better, cheaper' qui a montré toutes ses limites. Il s'agit de missions développées autour d'un objectif fondamental en droite ligne avec les découvertes les plus récentes. Elles seront en règle générale novatrice, peu coûteuse et compléteront les missions plus ambitieuses. Dans le cas de Phoenix, ce sont les résultats scientifiques de Mars Odyssey qui sont à l'origine du projet. Noter que plusieurs des instruments de Phoenix ont été développé pour Mars Polar Lander, perdue en 1999 alors qu'elle venait d'entrer dans l'atmosphère de Mars.

(source : futura-sciences)

Nouvelles liaisons, autoréparatrices

Aujourd'hui, dans un article d'une page du Journal de Montréal, on pouvait lire une vulgarisation de cinq minutes sur une découverte dans le domaine de la chimie par des chercheurs français. Ils ont mis 8 ans à développer cette molécule autoréparatrice. On peut croire qu'après la lecture de cet article on se couche plus intelligent, mais on s'imagine bien que certaines explications manquent pour les plus curieux d'entre nous. Enfin, il serait cool que le ministère du transport du Québec trouve dans cette découverte une solution à ses routes affreuses afin d'améliorer le bitume utilisé sur nos routes.

Parmi les multiples domaines d'application figure la mécanique : certaines pièces détachées de moteurs pourraient ainsi "s'autoréparer". "On a deux familles de produits prêts à être mis sur le marché d'ici à un ou deux ans", a déclaré Manuel Hidalgo, chercheur chez Arkema, groupe chimique qui mène des recherches avec le laboratoire Matière molle et chimie du CNRS.

L'une concerne les bitumes, qui utilisent, comme dans le caoutchouc, des molécules d'origine végétale, et l'autre concerne des plastiques offrant une meilleure biodégradabilité, plus résistants aux solvants.

Autres articles pour les plus curieux :

Le caoutchouc qui se répare tout seul.

Un objet cassé pourra-t-il bientôt «cicatriser» ?

L'article du Journal de Montréal.

Temps dur chez Paccar : c'est du passé

Ceux qui lisent régulièrement un journal au Québec depuis quelques années savent à propos des déboires financiers de la compagnie Paccar de Ste-Thérèse, ainsi que de l'aide du gouvernement pour cette entreprise. Elle a déjà été passablement dans le trouble et la fermeture était pour eux, plus qu'un simple scénario de film. Rassurez-vous, cette époque semble révolue et les dirigeants ne semblent pas craindre les temps difficiles qui pourraient revenir. Je dis cela à cause d'un courriel étonnant, reçu de l'une de mes connaissances qui travaillent là. Lisez-le vous-même et tirez vos propres conclusions sur les choix des décideurs.


Paccar ne semble pas manquer d'argent.

Ils investissent ~10 millions dans l'usine pour la rendre plus productive.
(projet de 10 camions à l'heure)

Et ils mettent de l'argent dans des bébelles.
Exemple : ils ont changé tous les moniteurs d'ordinateurs à tube (même les très récents), par des écrans LCD 17 po.
Second exemple : ils ont changé toutes les TV à tube (CRT) des aires de repos, par des TV LCD de 40 pouces, HDTV 1080 !
Et pas des cheaps, des Bravia de Sony ça vaut ~1400$ par TV.


J'ai hâte de voir s'il va nous rester de l'argent à la prochaine Convention collective. :-(


Croyez-vous que les employés seront plus productifs en regardant des télés Bravia de Sony durant leurs poses lunch ? J'en doute. Je crois que les TV et écrans ont été payés par Emploi Québec. Lire cet article pour comprendre mon délire.

Le combat des câlins

L'imagination sans limite des publicitaires nous présente cette campagne publicitaire qui, c'est le cas de le dire, frappe sur plusieurs fronts. Jeu vidéo téléchargeable, une bande annonce du jeu (mourant), des fonds d'écrans et des screensavers. Tout ça pour un nouveau rasoir pour homme.