La justice émotionnelle féminine est vraiment sans appel. Faut pas se justifier, pas vraiment le droit de s'expliquer complètement et pas plus le droit de communiquer une fois le verdict tombé. Vous trouver que les Américains sont durs avec leur politique international... ce n'est rien à comparer du jugement qu'une femme peut avoir envers vous. Un simple courriel et le verdict tombe. C'est sans appel.

Avant de recevoir mon verdict, un être cher m'a conseillé ceci : "Non, non François, ne te justifie pas. Malgré tes excellentes explications rationnelles pour tous les malentendus et sous-entendus, ce n'est pas ça l'important. Ouvre ton coeur", me disait-il avec un sourire, "Laisse aller la vérité. Avoue-lui tes sentiments en deux lignes seulement". J'ai écouté et malgré tout, j'ai surement fait le bon choix. J'ai été sincère, mais il était trop tard. J'avais déjà "choké" de peur à cause de certains signaux que je n'aurais pas dû écouter.

Dire la vérité à cette femme... ma tranché, ouvert en deux, décapité. Mon coeur était là, complètement saisissable. Elle a préféré piler dessus sans voir au-delà de ma maladresse, sans voir plus loin que le néophyte en déclaration amoureuse que je suis. Ça m'apprendra à vouloir être un Don Juan virtuel. En personne, je me serais expliqué, simplement, et mes yeux auraient été le reflet de mon âme. Il est vrai que ce reflet peut faire peur. C'est épeurant d'avoir à "dealler" avec quelqu'un de vrai si on n'est pas dans ce "mood".

Je retiens des leçons de mon histoire. En amour, il faut aller droit au but et ne jamais, jamais, jamais reculer par la peur. Prendre sa décision rapidement et ne pas tourner en rond. Foncer comme si c'était la dernière journée de ma vie. Et surtout, ne plus jamais faire ça par courriel. J'ai remarqué que le transfert d'octets amoureux via le protocole SMTP est fragile aux interférences hommes femmes. Le message est même susceptible d'être corrompu avant d'être rendu à la destinataire. Corrompu par le virtuel, sans appel.

Je me demande si mon histoire aurait eu une fin différente si j'avais opté pour une autre manière, pour la bonne manière...? Y a-t-il une meilleure manière que la sincérité? Je ne crois pas!

Des fois je me demande si certaines personnes entrent dans nos vies uniquement pour en ressortir de façon rocambolesque. C'est peut-être une façon de vivre?

P.-S. Ceux qui ne comprennent rien ce n'est pas grave, mais pour vous aider, ce billet-ci a un lien avec cet autre billet de moi.