Defcon 16 : quand la justice s'en mêle.

Aux États-Unis, une injonction a été émise par un juge envers des étudiants du MIT devant présenter une conférence au DEFCON 16. L'injonction visait les fruits de leur recherche concernant une faille du système de paiement du métro de Boston. Tout ceci se passait durant la très populaire convention américaine de "Hackers" mondiaux, le DEFCON.

Le gag c'est qu'au début de cette convention de trois jours, l'on nous remet un CD bourré des informations de chacune des conférences qu'il va y avoir durant la convention.

Comme vous pouvez le deviner, le contenu du CD est déjà dans Internet et l'injonction n'aura servi à rien. Je parierai bien cinq piastres que les autorités de Boston avaient déjà été mises au courant de la faille devant être révélée, mais n'avaient pas bougé assez vite afin de la colmater.

Au lieu de participer avec les "Hackers" pour comprendre leurs erreurs, les bureaucrates américains préfèrent se mettre la tête dans le sable et sous une pile de papier en espérant qu'une simple injonction va stopper le désire d'expérimentation de la communauté des "Hackers" en place aux USA. Bordel, mais sur quelle planète ils vivent ceux-là.

En passant, le "hack" en question serait attribuable à une faille du RFID. Comme on le sait, la STM de Montréal viens aussi de faire le saut vers une technologie utilisant le RFID pour la lecture des cartes OPUS dans ses autobus et stations de métros. Bonne chance Montréal.

À lire absolument dans leur PDF, les autres failles du métro de Boston ainsi que leur étonnant "Warcart", c'est mourant.

Le lien vers le PDF de la présentation :
www-tech.mit.edu/V128/N30/subway/Defcon_Presentation.pdf

La discussion continue sur Slashdot, juste ici : yro.slashdot.org/yro/08/08/09/1812256.shtml