C'est un délégué syndical qui désire se payer du bon temps avec une prostituée.

Étant très conscient des abus dont sont victimes les travailleuses du sexe, notre délégué cherche une "maison" où les filles sont syndiquées.

À la première maison, le syndicaliste s'informe donc.

Je voudrais une fille pour une heure, mais j'aimerais d'abord connaître vos politiques concernant les employées. Est-ce qu'elles sont syndiquées ?

Non, monsieur, elles ne sont pas syndiquées.

Quel est le pourcentage donné à la fille et le pourcentage conservé par la maison ?

20 % à la fille et 80 % pour la maison.

C'est absolument écoeurant comme manière de fonctionner ! Je ne peux pas encourager une situation semblable. Je vais ailleurs.

Poursuivant sa recherche, notre syndicaliste arrive à une deuxième maison et s'informe :

Bonjour! Je voudrais une fille pour une heure, mais j'aimerais d'abord connaître vos politiques concernant les employées. Est-ce qu'elles sont syndiquées ?

Non, monsieur, mes employées ne sont pas syndiquées.

Quel est le pourcentage donné à la fille et le pourcentage conservé par la maison? 30 % à la fille et 70 % pour la maison.

C'est dégueulasse ! Vous ne m'aurez pas comme client. Je vais ailleurs.

Il se rend donc à une troisième maison.

Bonjour ! Je voudrais une fille pour une heure, mais j'aimerais d'abord connaître vos politiques concernant les employées. Est-ce qu'elles sont syndiquées?

Oui, monsieur, nos employées sont syndiquées.

Bon, enfin ! Et quel est le pourcentage donné à la fille et le pourcentage conservé par la maison ?

80 % à la fille et 20 % pour la maison.

De mieux en mieux! C'est une manière de fonctionner qui me convient parfaitement. Est-ce que je pourrais avoir la jolie petite rousse dans le coin là-bas ?

Non, monsieur. Je suis désolée mais vous devez prendre celle qui est assise dans le fauteuil fleuri.

Mais, madame, cette femme a presque 80 ans !

Je le sais bien, monsieur, mais nous devons fonctionner par ancienneté. C'est écrit dans la convention.

Via Mimi