Oui la menace est surtout ailleurs selon moi. Le journal de Montréal avec son article sur la protection de la vie privée dans Facebook m'a fait sourire. Vous savez, la menace d'atteinte à votre vie privée est partout et en tout temps. Par exemple, dans vos ordures, au téléphone en répondant à de faux sondages, en remplissant des formulaires pour des concours inutiles, en installant un routeur sans fil à la maison et en le laissant avec sa configuration par défaut, enfin vous comprenez le topo.

Il y a aussi tous ces blogueurs (moi inclus) qui étalent une certaine quantité de leur vie privée à même leur blogue. Il est évident qu'il faut faire attention aux informations que nous mettons dans le WEB. L'exemple de Michel Dumais dans l'article du journal est bon à condition d'être familiarisé avec la valeur de l'information et pour qui. Pour une personne mal intentionnée, l'information à obtenir c'est la clé du succès. Si vous ne vous souvenez plus que le nom de votre chat est utilisé dans une question secrète d'un système de sécurité quelconque, vous aller probablement le dire à tout vent sans vous en rendre compte à un moment de votre vie. Alors, vous aurez peut être révéler quelque chose d'important à une personne mal intentionnée. Tout le problème est là. Sur quoi repose la sécurité des systèmes d'aujourd'hui ? Des trucs habituels, oui. Les systèmes sont conviviaux mais vulnérables. Pour que la sécurité s'améliore, il faudrait perdre pas mal de convivialité qui est si chère aux communs des mortels. Le maillon faible c'est d'abord l'humain avec tous ses petits trucs pour se rappeler ses mots de passes etc. Les grandes compagnies qui posent toujours les mêmes questions lors des vérifications de sécurité. Ah ! Misère c'est trop facile pour l'ingénierie social tout ça.

Dans un monde idéal, la meilleure méthode serait de ne rien mettre en ligne mais la vie serait bien plate. Pourquoi pas se construire une double vie pour le WEB ? Ouin, il parait que ce n'est pas très bon pour le psychique. (Second Life) ;-) Vous savez, les gens naïfs dans la vie risque de répéter les mêmes erreurs dans Facebook. On ne change pas la race humaine même si il y a une évolution dans les outils de réseautage social. Bref, on s'en sort ou pas ?