Aujourd’hui, le Journal de Montréal annonçais une bonne nouvelle chez mon employeur mais ce dont il ne parle pas c'est la problématique du stockage des uniformes. Comment fournir assez de casiers à tout ce beau monde ?

Le génie biomédical dont je fais partie n'a pas d'uniforme proprement dit mais bien un sarrau du même type que celui des médecins. Cela créer des situations parfois cocasses lorsqu'on m'interpelle "Docteur". Des fois j'aurais le goût de faire mon Patch Adams et de répondre une connerie mais c'est un milieu assez "straight" alors je déconne pas trop. Imaginer la scène :

- Docteur, docteur ! Comment va ma mère Docteur ?

- Hum plutôt mal, elle est décédée. Et je quitterais en tournant les talons. (Quand même réaliste quand on considère comment certains médecins conjuguent avec la mort, c'est bien cela le plus effrayant.)

N'ayez crainte je suis plein de compassion et j'indique à chaque fois le chemin de la cafétéria à M. Beaupré qui chaque matin semble un peu perdu. Il cherche finalement peut être juste un peu d'attention dans cet univers parfois aseptisé de chaleur humaine.