En 2004, Bob Brotchie, un ambulancier paramédical de Cambridge a eu l'idée de créer un standard dans les communications cellulaire. Le standard est là afin d'aider les secouristes à contacter la ou les personnes ressources d'une victime d'accident grave. Malheureusement, cette idée ne s'est pas répandue comme Bob l'avait espéré. De temps à autre cette chaîne de lettre contenant le message ci-dessous refait surface dans Internet. L'idée d'utiliser une chaîne de lettre pour faire connaître sa méthode est discutable si aucune information vérifiable ne suit cette lettre. N'ayant aucun site ou numéro de téléphone à contacter, certaines personnes on crues que la lettre était un canular et à cause de cela elle s'est retrouvée sur Hoaxkiller.fr qui l'a vite classée comme une information réelle non reconnue par la population en général. L'idée n'est pas mauvaise puisque qu'elle a fait des petits avec le site www.icecontact.com ouvert en 2005. Au delà de cette lettre, allez lire les explications sur Hoaxkiller.fr qui donne d'autre trucs utiles afin d'aider les secouristes.

Voici donc la lettre que j'ai reçue par courriel aujourd'hui

*** ICE ***

Les ambulanciers ont remarqué que très souvent lors d'accidents de la route, les blessés ont un téléphone portable sur eux. Toutefois, lors des interventions, on ne sait pas qui contacter des ces listes interminables de contacts.

Les ambulanciers ont donc lancé l'idée que chacun rentre dans sa liste des contacts, la personne à contacter en cas d'urgence sous le même pseudonyme.

Le pseudonyme internationalement connu est ICE

(= In Case of Emergency).

C'est sous ce nom qu'il faudrait entrer le numéro de la personne (ou des personnes) à contacter pour les ambulanciers, la police, les pompiers ou les premiers secours.

Lorsque plusieurs personnes doivent être contactées on peut utiliser *ICE1, ICE2, ICE3,* etc. Comme par exemple :

Ø ICE1 Maman

Ø ICE2 Papa

Ø ICE3 Chum

C’est facile à faire, ça ne coûte rien et ça peut apporter beaucoup.

Si vous pensez que c'est bien, faites passer le message afin que ça rentre dans les mœurs.