Voila un film que je compte bien aller voir demain vendredi samedi à l'Ex-Centris. À force de rêves est un documentaire de Serge Giguère. Le même qui nous a donné les documentaires Oscar Thiffault (1988) et Le roi du drum (1991).

Voici un extrait du résumé du film sur le site de Rapide Blanc le producteur et le distributeur de documentaires d'auteur.

Même si la mort s’annonce autour de chacun, il émane de À force de rêves une chaleur et une joie de vivre que la caméra parvient à traduire par la proximité et l’intimité qui lient le cinéaste à ses personnages. Tout le film est là ! Dans cette ambiance positive que les petits désagréments de l’existence ne peuvent altérer. On rend hommage à Serge Giguère d’avoir su être attentif à ces moments de vie, d’avoir su par son habile bricolage donner une forme cinématographique à l’ensemble, d’avoir pris le temps de révéler dans leurs plus fines nuances les précieux enseignements issus d’une sagesse sans prétention.

Avec des parents tous deux à la retraite, j'ai envie de comparer la retraite des artisans de ce film avec celle de mes parents. J'ai envie de me projeter dans le futur en visionnant ce film afin de voir si je suis sur la bonne voie. Je crois que la retraite n'est que le prolongement de ce qu'on a été toute notre vie donc si j'ai à corriger le tire, aussi bien le faire tout de suite. Je n'ai aucune crainte en ce qui concerne la qualité de la retraite de mes parents. Ils ont toujours un petit quelque chose à faire qui les occupent tout le temps. Voila sûrement une partie du secret d'une retraite réussie. Je vous en dirai plus après ce film.