Une impression de déjà vu, mélangé à une belle nostalgie m'ont envahit en visionnant ce petit vidéo sur Youtube.com hier soir. (Le titre de la vidéo ne représente pas son contenu, le vidéaste est juste un peu opportuniste)

Ces images me rappel la simplicité dans laquelle j'ai grandit au Lac-Mégantic. Les rues que l'on utilisait comme un territoire de jeu à conquérir à tout prix. Surtout à la St Jean Baptiste. Durant cette journée, on pouvait graffiter à la craie toute la rue de symboles nationaliste ou inintelligibles sans même savoir ce que « Souveraineté association » voulais dire. Nos dessins de craie représentaient des lys bleu sous forme de drapeau du Québec et ornaient les entrées de tous les voisins. Le soir venu, la rue était barrée et les gens se réunissaient autour d'un feu de joie monté en plein milieu de la rue. Ne pensons même pas réessayer cela de nos jours. Les gens installaient leurs chaises pliantes en nylon entre les caisses de bières pendant que les enfants en profitaient pour faire griller leurs premières guimauves.

Ça arrivait que des adultes discutent du nouveau Parti québécois entré au pouvoir 8 mois plus tôt mais nous les "flos", on se sauvaient vite en fronçant les sourcils en guise d'incompréhension. Nos mères voyaient le danger dans un tout autre endroit que le feu de joie patriotique qui dorait nos guimauves, ce danger provenait plutôt de la rosée de fin de soirée (le serin comme disait ma mère). Elles en avaient tellement peur qu'elles nous obligeaient à venir mettre un manteau en plein mois d'août pour ne pas attraper une grippe. Essaye d'aller mettre un manteau quand tu es à deux doigts de gagner la partie de cache-cache en cours avec tes chums. Ah ! Les mères !

Pour en revenir au court métrage, il a été fait par Stéphane un vidéaste amateur québécois plombier de profession. Il l'a créé en réponse à un autre intitulé : "Why do you wake up each day ?" diffusé sur le même site. Lui sa raison c'est ses enfants tout comme l'autre et c'est super j'admire ça.

Dans un autre ordre d'idée, ça en prend des petits indigènes pour repeupler ce pays que nous n'avons pas. Comme certains, j'ai fait le choix de ne pas avoir d'enfants. Je suis certain au moins d'une chose, j'ai fait le bon choix. Par contre, ça m'enlève un peu le droit de chialer que les québécois ne font pas assez d'enfants afin, entre autre, d'assurer la pérennité de notre système social québécois. Alors quoi ? Sommes nous obliger à cause de ça, d'accepter tous les accommodements déraisonnables que l'on vit présentement ? J'ai bien peur que même si on avait peuplé adéquatement le Québec avec nos propres petits, on aurait quand même à faire face à plusieurs demandes d'accommodements déraisonnables. Phénomène typiquement montréalais. Même peuplé par nous, je pense que l'on resterait un peuple de bonnes personnes, trop moutons quelque fois et on continuerait à ne pas se faire respecter par certaines minorités. Pourquoi a-t-on tant de misère à se faire respecter ? Peut être qu'on se sent coupable de quelque chose et qu'on ne s'affirme pas assez ?

Lien vers le vidéo.